Délibération° 2019 -3510 : Délégation des aides à la pierre 2015-2020 – bilan 2018 – Parc public et parc privé – Avenant n° 6 à la convention cadre de délégation – Avenant n° 5 à la convention de gestion parc privé pour l’année 2019 Programme d’actions territorial 2019 – Reconstitution de l’offre démolie Individualisation d’autorisation de programme  

Conseil de Métropole du 13 mai 2019

Intervention de MAX VINCENT

Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

Cette délibération qui a pour objet la délégation des aides à la pierre 2015-2020 appelle de notre part plusieurs observations.

Les éléments de bilan de la délégation des aides à la pierre 2018 montrent que le nombre total de logements financés et agréés en 2018 s’élève à 3 051 logements, mais inférieur 
à la programmation 2017 et on ne peut que le regretter puisqu’on arrive à un taux 
de réalisation de 78% par rapport à l’autorisation de programme voté de 37 700 000. 

Nous constatons un volume en recul, alors que la demande de logements est très forte
et ne fait que s’amplifier. Nous soulignons des points positifs, en particulier, la production de logements sur le secteur Ouest (29%) dépasse celle du secteur Est (18%).

Mais nous devons poursuivre l’effort de production de logements tant la demande est forte. Cependant la pression foncière reste élevée et il y a lieu de mettre en place un plan d’action foncière efficace, de prévoir des réserves foncières pour préparer l’avenir.

Pour 2019 les objectifs de production ont été arrêtés, mais il est impératif qu’il y ait 
un suivi strict pour une réalisation de 100% de ces objectifs. Il est vrai que notre collectivité fait un effort important en matière de production de logements sociaux tant au niveau de la réhabilitation que la réalisation de logement neufs.

Nous ne sommes pas à Marseille, et nous pouvons être satisfaits de ce bilan même si nous devons l’améliorer et être plus efficace au niveau des procédures.

Au sujet des aides à la pierre « parc privé » là encore, on constate une faible utilisation des crédits par rapport aux années précédentes. Bien que ce phénomène soit conjoncturel, il aurait fallu l’anticiper et là encore accélérer les procédures afin de faciliter la réalisation de logements.

Nous ne pouvons qu’être d’accord sur les 5 axes prioritaires :

  • lutter contre l’habitat indigne
  • contribuer à la requalification des copropriétés fragiles et dégradées
  • favoriser la maitrise des loyers
  • lutter contre la précarité énergétique 
  • contribuer à l’adaptation des logements au vieillissement et au handicap 

dans le parc privé existant

Le fait d’élargir la prime au relogement à destination des ménages modeste repérésdans le dispositif métropolitain de lutte contre l’habitat indigne ne peut qu’améliorer la situation.

Mais nous devons rester vigilants face à la demande toujours croissante de logements confortables, économes en énergie et abordables au niveau des loyers. C’est pourquoi au risque de nous répéter, il est plus que nécessaire d’organiser davantage de façon transversale  nos actions et coordonner la mise en œuvre de nos politiques publiques pour démultiplier les efforts et agir en synergie. Les mesures telles que Ecorénov ou celles développées dans le plan Climat par exemple interagissent  en faveur de logements plus économes en énergie et plus confortables en est un exemple. Les plans liées à la mobilité doivent également suivre l’évolution de création de logements pour répondre au mieux aux besoins des habitants.

Même si notre collectivité fait des efforts importants, celle-ci ne doit pas baisser la garde afin que nous ayons une politique d’aide à la pierre la plus efficace possible. 

Je vous remercie de votre attention.