Synergies-Avenir - Élus indépendants Grand Lyon, La Métropole

Échangeur de Quincieux

david_pascal_quincieux_jleone_900Intervention de Pascal DAVID – Groupe Synergies-Avenir

Conseil de métropole du 12 décembre 2016

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Voilà un projet que nous attendons depuis plus de trente ans, qui devenait notre serpent de mer !

Oui nous l’attendions… la création d’un diffuseur complet pour accéder au réseau autoroutier au droit de nos communes… Et pour cause !

Le constat est simple   : nos communes du Val de Saône entre l’A6 et l’A46 subissent une saturation des leurs axes routiers en raison principalement d’une accessibilité contrainte au réseau autoroutier.

L’idée d’un pont sur la Saône fut évoqué pour « dessaturer » le trafic que subissent les communes, mais en période de restrictions budgétaires, la priorité  des investissements ne semblait pas s’y attarder.

La mise en service de l’A466 entre l’A6 et l’A46 en 2015 a été une opportunité pour mettre en place un échangeur  et alléger alors un trafic de transit par les communes.

Oui, le trafic dans ce secteur, déjà dense, s’est accentué en 10 ans. Le pont de Neuville enregistre 1686 véhicules par heure dans les deux sens, en heure de pointe le soir, soit un accroissement de 73% du trafic en 9 ans. Seul passage qui traverse la Saône dans ce secteur, sa saturation se répercute sur l’ensemble du Val de Saône et ceux qui empruntent ce circuit le savent bien !

Inutile de préciser que ces perturbations, plus localement, engorgent les giratoires de part et d’autre du pont, rendant la circulation et le quotidien pour les résidants difficiles.

Les communes du Nord de la Métropole accueillent également des zones d’activités et industrielles importantes qui se rajoutent  au trafic de transit existant. Genay accueillent de grands groupes sur sa zone (dont SANOFI), qui engendrent comme d’autres des migrations dites pendulaires.

Autre exemple, la base ferroviaire à Quincieux voit arriver en provenance d’Europe du Nord des livraisons de véhicules automobiles qui, chargés sur des camions, sont livrés en différents lieux. Plus de 1100 véhicules en moyenne par jour en semaine circulent sur la route du Fouilloux, route dont le calibre est sous dimensionné par rapport à son utilisation.

L’accès difficile au réseau autoroutier actuellement oblige les poids lourds à traverser les communes de Quincieux, de Genay principalement avant d’accéder à l’échangeur de l’autoroute. C’est un bal incessant de poids lourds qui se rajoutent à une circulation déjà dense, rallongeant leur parcours, ce qui évidement pose de sérieux problèmes de  sécurité mais également d’environnement. Inutile de commenter ce dernier point à l’heure où notre territoire métropolitain a enregistré des records de pollutions de l’air.

Nous ne pouvons considérer et inciter au développement économique, à susciter l’installation d’entreprises si les équipements favorisant ce développement ne sont pas calibrés. Les « dégats collatéraux » qui s’étendent comme tache d’huile ne doivent pas supplanter les bénéfices pour la métropole… et encore moins, au nom du développement métropolitain, sacrifier sur l’autel de la croissance, les populations des communes directement impactées qui en subissent les conséquences.

Bien qu’attendu depuis des décennies et connu, nous voilà dans une situation d’urgence affichée. Urgence pour mettre en place un financement que la métropole n’avait pu inscrire dans sa PPI. L’État en effet, n’a inscrit ce projet que récemment et pour bénéficier, nous dévons nous déterminer selon un calendrier contraint.

Mais en ce qui concerne, la question « doit on réaliser ou pas cet équipement ? », face à des constats flagrants, la réflexion engagée depuis plusieurs années,  la réponse est évidente ! Plus que jamais nous soutenons ce projet. La participation métropolitaine de 50% soit 10 millions d’Euros est importante, mais en tant qu’élus, nous nous sommes résolus à nous engager pour des dépenses responsables qui servent l’intérêt de tous. Ce qui est le cas présent.

Ce projet est, vous l’avez compris d’une importance vitale pour nos territoires du Nord mais également pour l’ensemble de la métropole et ses territoires voisins. Il relève de l’intérêt général.

C’est pourquoi, nous exprimons à la fois notre étonnement et notre exaspération car face à un tel projet, nous n’avons pas encore de réponses des collectivités qui pourraient être partenaires et participé au co-financement, comme le Département et la Région. Les répercussions de ce projet en matière de circulation vont bien au-delà des frontières métropolitaines, et ses impacts interagissent sur le développement durable, sur l’activité économique, le cadre de vie et la sécurité.

Aussi, nous sollicitons, nos parlementaires qui connaissent bien ces territoires pour intervenir auprès des collectivités sollicitées pour relayer, soutenir et défendre ce projet qui nous concernent tous.

Je vous remercie de votre attention

Suivez-nous