Synergies-Avenir - Élus indépendants Grand Lyon, La Métropole

La pré-fabrique de l’innovation LyonTech-la Doua

Gilles PillonIntervention de Gilles PILLON – Groupe Synergies-Avenir

Conseil de métropole du 10 novembre 2016

Monsieur le Président,
Chers collègues,

Le chômage est un fléau national et celui des jeunes ne se limite pas aux non-diplômés, il progresse
au-delà du baccalauréat : 40% des jeunes diplômés n’auront pas d’emploi un an après la fin de leurs études. L’entrée dans le monde du travail est de plus en plus difficile, le nombre de diplômés en forte croissance a désacralisé le sésame qu’était le diplôme. De plus, le manque d’expérience reste un frein à l’emploi immédiat pour nombre d’entre eux.

Face à ce constat, nous devons sortir de nos champs classiques, décloisonner, nous inspirer et nous appuyer sur les modèles
qui font leur preuve, compter sur les synergies, développer les partenariats.  30% des auto-entrepreneurs en France ont moins de 30 ans, c’est la preuve qu’il y a là un élan générationnel qu’il faut entretenir et faire grandir.

Avec la pré-fabrique de l’innovation LyonTech-la Doua nous avons l’occasion de participer à un projet concret, qui offre un espace où se retrouver pour imaginer, créer et innover. Les fab-labs et espaces de coworking sont des moyens facilitateurs et simples dans leur fonctionnement d’instiller cette envie de créer. Ils correspondent à la façon de la génération digitale d’aborder le monde du travail. Dans ces lieux sur-mesure, ceux qui veulent mener à bien un projet pendant leurs études où à la fin de celles-ci trouveront un réseau professionnel, de l’aide à la création, ou simplement la possibilité d’échanger et de rompre avec l’isolement de ce statut.

Accompagnés et suivis s’ils le souhaitent, ils bénéficieront d’une formation adaptée, de la liberté  de progresser à leur rythme, ainsi que de l’accompagnement pour faire face aux difficultés rencontrées : en somme ils auront les moyens de bâtir leur entreprise.

La France est en retard sur la question et ses lourdeurs administratives freinent encore beaucoup d’étudiants et d’entrepreneurs potentiels. Lors de déplacements internationaux dans le cadre des délégations métropolitaines, quelques collègues de notre groupe ont pu observer, et encore récemment au Japon, des initiatives similaires qui font leur preuve. La Métropole se veut innovante. Il est donc naturel qu’elle soutienne et accompagne la construction de la pré-fabrique, réel process innovant autour d’un partenariat public privé pour réaliser des passerelles entre universités et entreprises.

Les grandes entreprises y voient bien entendu leur intérêt, et par capillarité celui de nos territoires. Ces investissements dans des projets concrets et innovants qui animent nos lieux d’enseignement et de formation pourront produire des répliques, constituer des modèles transférables et adaptés. C’est l’une des clefs de la réussite du développement économique de nos territoires

Nous nous devons d’accompagner les initiatives qui transgressent les schémas classiques si nous voulons vraiment être innovants et créer une dynamique des territoires, de tous les territoires.  Cette nécessité se fait quasi obligation. Vous le répétez souvent Monsieur le Président, l’investissement public suscite l’investissement de fonds privés.

Pour l’instant nous compensons un retard national certes. La Métropole de Lyon compte des forces vives à qui il faut offrir les moyens de s’épanouir pour irriguer nos territoires. Nous pouvons déjà compter des exemples parmi lesquels le développement de  lieux de co-working, comme à Charly.

Notre groupe votera avec beaucoup d’enthousiasme cette délibération

Suivez-nous