Synergies-Avenir - Élus indépendants Grand Lyon, La Métropole

Société des aéroports de Lyon

Hubert GuimetIntervention de Hubert GUIMET – Groupe Synergies-Avenir

Conseil de métropole du 12 décembre 2016

Monsieur le Président,

Chers Collègues

 

L’aéroport Saint-Exupéry est un dispositif essentiel pour le développement industriel, commercial et touristique de notre région et de notre Métropole.

Lorsque l’État a fait le choix de vendre ses parts de la Société des Aéroports de Lyon, soient 60% des actions de celle-ci, nous pouvions craindre que ces objectifs se résument à son désendettement.

Au-delà de l’opération financière nous avions souhaité nous assurer:

– qu’il s’y adjoindrait un partenaire dynamique pour renforcer et développer notre plateforme aéroportuaire face au centralisme parisien.

– qu’il évite la solution purement financière et court-termiste choisie pour Toulouse avec le Qatar.

Les objectifs affichés par le consortium Vinci – Caisse des Dépôts – Crédit Agricole Assurances lors de la négociation semblent aller dans le bon sens : connecter Lyon et sa région aux grandes métropoles européennes et mondiales, cibler le low-cost ainsi que le long-courrier, développer le trafic fret, et améliorer l’accessibilité et la multi-modalité de l’aéroport. Ces objectifs s’inscrivent également dans la synergie des actions conduites par la métropole en matière de développement économique.

À l’heure où l’on discute de la nouvelle gouvernance de l’ADL qui comprendra un siège par collectivité : Métropole, département et région, 3 pour la Chambre de Commerce et d’Industrie et 9 pour l’actionnaire majoritaire, un doute persiste cependant sur deux points consécutifs à l’évolution de l’actionnariat :

Premièrement nous espérons que l’arrivée de ce nouvel actionnaire majoritaire sera bien l’occasion d’enclencher une nouvelle dynamique pour l’aéroport Saint-Exupéry et pour notre Métropole.

En effet malgré un nombre de passagers en augmentation, notamment grâce au transit international et la présence de lignes low-cost ouvertes, bien que le trafic fret augmente également, la route reste longue pour atteindre la première place des aéroports de région, place occupée actuellement par l’aéroport de Nice.

Aussi, nous demandons que les investissements soient au rendez-vous pour atteindre ces objectifs
et être coordonnés avec les collectivités territoriales pour une plus grande efficacité. Bien que Saint- Exupéry ne soit pas dans notre Métropole, ce que nous regrettons, nous vous demandons des points annuels sur le développement de Saint Exupéry dans le cadre de notre commission de développement économique.

Deuxièmement, Nous avons un autre sujet d’inquiétude.

Au sein du conseil de surveillance, les décisions importantes citées dans la délibération seront votées à une majorité qualifiée de 10/15e. Si ce pacte d’actionnaires ne semble pas soulever de débat, voire être considéré comme une opportunité de se faire entendre pour les petits actionnaires, nous pouvons légitimement nous interroger.

L’actionnaire majoritaire se trouve ainsi à une unique voix de décider les opérations de fusion ou scission impliquant la Société des Aéroports de Lyon, son augmentation ou sa réduction de capital, ou même la liquidation de la société.

Nous sommes vigilants, et nous ne voulons pas laisser la moindre place au simple acquiescement qui pourrait être pris pour de la naïveté envers un actionnaire majoritaire. Sans préempter de ses décisions à venir, et bien que nous prenons en compte la subsistance dans le Consortium d’un office d’État : la Caisse nationale des dépôts et consignations, cette question reste légitime puisque l’aéroport est vital pour notre Métropole. Nous souhaitons savoir comment ce risque a été pris en compte et contresigné en l’état. Tâchons s’il-vous-plaît de ne pas faire le lit des difficultés et des risques connus notamment par l’aéroport de Toulouse.

Merci de votre attention.

Suivez-nous