Synergies-Avenir - Élus indépendants Grand Lyon, La Métropole

Plan local d’urbanisme de la Communauté urbaine de Lyon – Procédure de modification pour les Commune de Grigny et de Givors

Corinne CardonnaIntervention de Corinne CARDONA – Groupe Synergies- Avenir
Conseil de communauté du 09 janvier 2012
Plan local d’urbanisme (PLU) de la Communauté urbaine de Lyon – Procédure de modification n° 8
(n° 10 pour la Commune de Grigny et n° 3 pour la Commune de Givors)
Délibération n° 2012-2703

Monsieur le Président, chers collègues,

Je m’appelle Dame Chauve-souris, plus précisément Murin de Natterer. J’habite à Poleymieux-au-Mont-d’Or dans une petite caborne de pierres sèches, située sur le bas d’un terrain communal de10.400 m2.
J’ai beaucoup de chance, je suis une espèce protégée.
Mais voilà que ma tranquillité va être perturbée, car le Conseil municipal de Poleymieux veut faire construire des logements sociaux à côté de ma petite grotte. Et oui …15 logements pour loger des prédateurs : des hommes, des femmes et des enfants.
Heureusement, quelques associations, telle la Sève d’Or, veillent sur moi, soutenues par monsieur le Président du Groupe Europe Écologie Les Verts au Grand Lyon. En effet, à la demande de ses amis botanistes, qui veulent aussi préserver leur propre environnement et leur tranquillité, et habitent à 100 mètres de ma caborne. M. Paul COSTE est intervenu sur le cahier de concertation de Poleymieux. Il y précise qu’il soutient la position des botanistes s’opposant au projet, s’appuyant sur un document rédigé par leurs soins, en résumé qu’il s’opposait au projet de la municipalité de créer 15 logements sociaux.
Fort de cet appui, j’ai pu obtenir de la Commission d’enquête un avis défavorable.
Monsieur le Président, chers collègues, vous le comprendrez je ne suis pas Dame Chauve-souris, je suis le maire d’un petit village, non soumis à la loi SRU, mais :
Qui rêve de mixité sociale et oui, même dans les Monts d’or ! Qui veut maintenir dans son village les jeunes et les anciens Qui veut être acteur d’une cohabitation intergénérationnelle
le maire d’un village :
Qui se bat pour la réouverture de sa 5e classe
Qui lutte pour le maintien de sa caserne de pompiers Et qui œuvre pour la survie de son unique commerce
Ce projet a pour but de répondre à l’ensemble de ces attentes, en permettant ainsi, de créer des logements locatifs intégrés dans l’environnement et permettre l’installation de familles.
J’avoue avoir été très surprise de la position du président du Groupe Les Verts du Grand Lyon, groupe politique qui, dans de multiples articles, milite en faveur du logement social, et ce, notamment lors d’une Intervention, ici même, le 4 Novembre dernier. Les Verts y saluaient les efforts du Grand Lyon pour tenter de répondre à la crise du logement et soulignaient le déséquilibre de répartition du logement social entre l’est et l’ouest de l’agglomération et souhaitaient que l’offre de logements sociaux dans les quartiers aisés soit augmentée.
Et une autre intervention à Lille, qui a pour titre : « Logement social : une urgence et une priorité écologique »
Mais revenons à notre mammifère protégé. La municipalité a travaillé en partenariat avec la FRAPNA afin de respecter le cadre de vie de ladite chauve-souris. Avec l’aide du Syndicat mixte des Monts d’Or son habitat a été rénové, une zone verte lui a été dédiée. Cette zone représente 6.000 m2 sur les 10.000 existant, elle est destinée à préserver la piste d’envol de la Chauve-souris. Il nous reste donc 4.000 m2 pour construire et accueillir 15 familles attendues. Ratio de surface intéressant s’il en est et respectant et préservant l’habitat de cette voisine particulière !
Monsieur le Président, chers collègues, nous savons tous que Dame Chauve-souris dort accrochée par ses pattes, mais ne pensez-vous pas que, quelque part, nous, humains marchons sur la tête ? !!
Je vous remercie de votre attention.

Suivez-nous