Synergies-Avenir - Élus indépendants Grand Lyon, La Métropole

Zac des maisons neuves

Corinne CardonaIntervention de Corinne CARDONA– Groupe Synergies-Avenir

Conseil de métropole du 21 mars 2016

ZAC des Maisons neuves- Espèces protégées
Mesures compensatoires – Conventions avec Lyon Métropole habitat, les villes de Lyon et de Villeurbanne

Délibération n° 2016-1129

Monsieur le Président, chers collègues

Cette délibération est sans doute le reflet de la richesse de la biodiversité au cœur de notre métropole et notre obligation de la protéger est autant éthique que légale.

Cet indicateur, plutôt réjouissant, génère néanmoins des contraintes auxquelles nous nous plions. Mais elles peuvent également engendrer des contradictions, voire des aberrations, mettant en porte-à-faux les élus que nous sommes et leur faire avaler des couleuvres !

Souvenez-vous les sympathiques chauves-souris de Poleymieux-au-Mont-d’Or qui ont réussi à entraver un projet de logements sociaux, et à faire passer en zone non aedificandi 6.000 m² de terrain constructible, et ce afin de leur réserver une piste d’envol. Bien entendu, vous l’avez compris, ces chauves-souris n’y sont pour rien, d’aucuns les ayant utilisées comme prétextes et arguments pour servir un dessein moins noble.

Mais revenons à nos moutons…, pardon à nos alytes et autres hérissons. En effet dans le cas présent, nos chers alytes, connus aussi sous un nom moins glamour de crapauds accoucheurs et nos charmants hérissons interviennent dans ce projet de ZAC des Maisons Neuves.

Cette fois, que nenni, la ZAC ne sera pas empêchée, mais devra tenir compte de ces hôtes au cœur de notre métropole, et se réjouir de leur chant particulier au crépuscule.

Néanmoins, notre groupe interpelle nos honorables parlementaires car ces délibérations sont la conséquence de lois nombreuses sur l’environnement, la protection des espèces ou encore celle de la profusion des normes en tous genres, parfois se télescopant, mal français s’il en est.

Alors, sans chercher la petite bête, nous ne pouvons nous empêcher de faire un simple comparatif avec d’autres délibérations budgétaires, notamment en matière d’habitat, et vous mettre la puce à l’oreille :

– Pour 34 crapauds accoucheurs recensés, espèce protégée, les mesures s’élèvent
à 400.000 euros, soit 11.764 euros par individu

– Un couple primo-accédant, à protéger également, reçoit une aide à l’acquisition
de son logement de 1.000 euros, soit 500 euros par individu

– enfin, 50.000 enfants des communes de moins de 10.000 habitants reçoivent, indirectement au titre de la compétence métropolitaine sur la lecture publique, 400.000 euros soit 8 euros par individu.

Avouer qu’il y a de quoi s’interroger et presque devenir chèvre !

Nous voterons évidemment cette délibération, sauf à être en contradiction avec la loi et nous ne sommes évidemment pas opposés aux mesures compensatoires et d’accompagnement.

Merci pour votre écoute.

Suivez-nous